C’est encore le constat effectué sur le ruisseau de Kerambris par l’ASPF et Eau et Rivières de Bretagne ce vendredi 1er février, après les fortes précipitations. Et encore sommes-nous arrivés un peu tard, le volume des mousses  devant  être beaucoup plus conséquent,  vues les traces laissées sur les berges du ruisseau.

Pollution par les mousses

Pollution par les mousses

Les associations de protection de l’Environnement et les riverains avaient sollicité une visite guidée du  centre de tri.

Le 5 janvier, le Président de la CCPF a accédé à leur requête. Cela a permis aux associations présentes de mieux connaître le cycle et les dispositifs de traitement des déchets, dont les algues vertes.

Bar le Kerambris

Bar le Kerambris

Au cours de cette rencontre, nous avons naturellement évoqué le problème récurrent des rejets de mousses dans le ruisseau en aval.

Pollution par les mousses

Pollution par les mousses

Le président de la CCPF a évoqué la non-responsabilité de la plateforme de stockage des algues vertes de la CCPF dans ces rejets  et a mis en cause à  demi-mots une autre Installation Classée du site (ICPE).

Les observations que nous avons pu faire sur cette ICPE  voisine, qui n’est autre que le centre de « Ecotri », nous laissent  à penser que les mystérieuses mousses pourraient pour partie provenir de cet établissement.

En effet, quand on voit les ballots de plastiques compressés stockés en plein air sur des surfaces en pente, et quand on sait que ces plastiques sont pour beaucoup des récipients ayant contenu des lessives et détergents divers, on imagine facilement qu’à chaque pluie conséquente il y ait lessivage de ces déchets et donc ruissellement des restes de produits lessiviels  vers  …le regard  d’eaux pluviales situé en contrebas.

Les nombreux déchets de plastiques concentrés autour de ce regard  sont assez révélateurs puisqu’on en retrouve dans le fossé extérieur qui aboutit au final au ruisseau après avoir transité dans un bassin tampon appartenant à la CCPF.

Le mystère des mousses serait ainsi élucidé. Curieusement personne malgré nos nombreuses alertes depuis 2 ans,  n’a pour l’instant trouvé le coupable : ni la CCPF, ni les services  préfectoraux dont la mission est précisément de  vérifier le  bon fonctionnement de ces ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement).

Pour remédier à ces problèmes, le stockage des ballots sous hangar ne serait-il pas la solution? Et si dans cette affaire, Mr le Goff ,en tant que président de la CCPF  et ancien Président des Ateliers Protégés, n’a cessé d’affirmer qu’il était « parfaitement clean », il ne doit  pas oublier qu’en tant que Maire de Fouesnant, il  a une  compétence de police, que ces rejets  transitent  par un fossé situé sur le domaine communal et qu’en conséquence, il  a tout pouvoir pour faire rechercher les responsables de ces  pollutions portant atteinte à la santé publique.

Eau et Rivières de Bretagne et ASPF

Laisser un commentaire