L’association « Les Amis des chemins de ronde du Finistère (ACR29) », agréée pour la préservation de l’environnement, agit et intervient au niveau du département du Finistère, principalement pour la mise en place de la servitude de passage des piétons le long du littoral, l’accessibilité pour tous au rivage de la mer, et plus globalement pour la protection des espaces littoraux. L’ASPF et les ACR ont ainsi des buts très proches. Les ACR29 ont activement participé aux enquêtes publiques de ces douze dernières années pour l’établissement de la servitude de passage des piétons sur le littoral Fouesnantais.

Ce samedi 3 juin 2018, un petit groupe de marcheurs des ACR, menés par André Huet, secrétaire général de l’association, avait choisi pour but de promenade le parcours du sentier côtier, de la Pointe du Sémaphore à Bot Conan. Ils étaient accueillis par plusieurs membres de l’ASPF, dont le Président, Damien Poënces, Magdeleine Breton, présidente sortante, Yvonne Nicolas membre de l’association depuis l’origine (1972), représentant l’aspf au C.A des ACR 29, Vincent Esnault, écologiste, membre actif.

Sur le lieu de rendez-vous (parking du Sémaphore) Yvonne Nicolas et Vincent Esnault font un bref historique de l’association et de son combat de 40 ans pour le sentier côtier de Beg Meil.( se reporter à la fin de l’article, et aussi à notre site /blog, rubrique « chemin de côte »).

C’est ensuite parti pour une marche de 4 heures, sous un étonnant ciel d’orage, reflétant dans la mer ses teintes somptueuses.

Au cours de la balade, les 2 associations, souvent confrontées aux mêmes problèmes, ont échangé leurs points de vue : Elles s’accordent pour constater qu’il n’y a pas de réelle volonté politique d’agir pour la mise en œuvre de la servitude dans le respect de la loi ; et une véritable carence chez les maires à exercer leurs pouvoirs de Police, et saisir le Procureur ; un vide juridique pour ce qui est de l’exécution des Jugements et Arrêts.

L’ASPF constate que ses succès judiciaires ne pèsent pas lourd face à des propriétaires fortunés et influents, déterminés à s’opposer au passage de la servitude sur leurs parcelles. En 40 années de combat, nous avons obtenu maints jugements en notre faveur, jugements déclarés « exécutoires », qui n’ont jamais été exécutés ! La seule chose qui a été vraiment décisive, c’est notre passage en force sur le terrain ; sans cette courageuse action citoyenne, le passage ne serait vraisemblablement pas encore ouvert.

En vérité, n’est-ce pas par une semblable initiative que nous aurions dû commencer, il y a 40 ans ! Car en effet  « …il n’est pas nécessaire pour que la servitude s’exerce qu’elle ait fait l’objet d’une matérialisation à l’initiative de l’administration puisqu’il incombe au propriétaire, par le seul effet de la loi, de laisser libre un passage de trois mètres (« obligation pour les propriétaires de laisser aux piétons le droit de passer sur leur propriété sur une bande de 3 mètres… obligation de n’apporter à l’état des lieux aucune modification de nature à faire obstacle au libre passage des piétons »)

Y.N. Juin 2018

Laisser un commentaire

Diaporama