C'est le premier baptême pour les pieux et le flot passe juste à leur niveau

C’est le premier baptême pour les pieux et le flot passe juste à leur niveau

 

 

Les pieux et les ouvrages de protection sont dépassés !

Les pieux et les ouvrages de protection sont dépassés !

 

« … faisons défense à toutes personnes de bâtir sur les rivages de la mer, d’y planter aucuns pieux ni faire aucuns ouvrages  … à peine de démolition des ouvrages, de confiscation des matériaux et d’amende arbitraire » ! (Ordonnance de la Marine, dite « Ordonnance de Colbert »,  Août 1681,  jamais abrogée).  Mr le Maire, gare !

Cette  technique de protection par pieux a déjà été tentée : «  en I972Dispositions d’une barrière de pieux de châtaignier enfoncés sur la moitié de leur longueur et espacés de 4 à 5m ; derrière cette barrière, on a disposé des plaques de contreplaqué marine et comblé le vide par un remblai argilo-caillouteux.  Mise en place de 2km de traverses de chemins de fer ; disposition d’un remblai argilo-sableux en arrière et aménagements de passages pour assurer l’accès à la plage. ( tout cela 10 ans plus tard n’existait plus qu’à l’état de traces – doc. DDE du Finistère ; Sub. Ouvrages d’Art. Travaux maritimes).

Notre reportage photo vous parlera mieux que de longs discours. Mais un historique du rôle de l’ASPF dans l’affaire des enrochements  fouesnantais ne nous semble pas inutile.  Reprenons nos archives.

Compte-rendu de l’Assemblée Générale de 1985 (Extraits) :

«  Les menaces d’enrochement de la dune : Notre préoccupation présente est le projet d’enrochement prévu par la Municipalité, de la flèche de Mousterlin, formée de deux grands cordons sableux d’environ 4 km chacun, situés à l’Est et à l’Ouest de la Pointe rocheuse et qui s’étirent  du Letty près de Bénodet jusqu’à la Pointe de Kerlosquen en Beg-Meil. L’enquête en cours concerne, selon les documents montrés, une seconde tranche de travaux.  Mr l’ingénieur des TPE écrit dans la notice d’impact : «  L’extrémité d’un cordon en enrochement engendre une réflexion destructrice sur le cordon dunaire qui lui fait suite ». C’est bien ce que les scientifiques constatent partout, et certaines dégradations de la dune à l’ouest de la pointe, lors des tempêtes  des 22 et 23 novembre 1984, pourraient bien être les conséquences de l’enrochement  déjà réalisé (illégalement d’ailleurs) dans ce secteur.

Les documents de l’enquête indiquent que cet enrochement  (dont les conséquences sont d’ores et déjà prévues) est envisagé :    1- pour protéger les parkings aménagés sur la dune, et non la dune elle-même, dont les bulldozers commenceront par repousser à la mer  au moins 4 mètres de largeur sur 1000m. de long, pour faire place à l’enrochement.

2- Pour protèger des zones inondables à l’arrière, dont le Conservatoire du Littoral a acheté près de 100 ha sur les 128 de l’ancienne concession Bénac, et préempté presque tout le reste, pour les conserver  ou les réhabiliter dans leur état de marais littoraux. Le Conseil Municipal, dans sa réunion du 7 janvier 1985, a décidé la marinisation des 6 ha d’étangs permanents situés entre la digue de Cleut rouz et celle de Kerangaerel ; pourquoi alors enrocher la dune au sud de ces étangs ?  Quand à ces parkings illégaux, que les photographies de l’enquête nous montrent à l’extrême bord de la dune, le bons sens et la loi en exigent le déplacement.

L’ASPF est bien persuadée de la nécessité et de l’urgence de la protection des dunes, mais surtout contre l’action anthropique (due à l’homme), et nous souhaitons leur réhabilitation, par l’ONF, compétent et responsable depuis le décret de 1852, qui lui a confié les dunes pour leur fixation, plantation, entretien.

La DDE (subdivision des travaux maritimes) a demandé au Laboratoires de Géographie de la mer de l’UBO, une étude approfondie du site de Mousterlin Est  et de son devenir. On y lit : « On a du mal à s’expliquer l’entêtement avec lequel la Municipalité s’obstine à déverser chaque hiver une quantité de remblais argilo-caillouteux sur le front dunaire ; non seulement le cordon est lacéré par le passage des engins, mais l’argile provoque une rupture de capillarité qui fragilise la dune en empêchant une reconquête des plantes psammophiles  (qui aime le sable)…. En fait, seule l’éventualité de tempêtes successives et violentes du Sud, pourraient provoquer la rupture du cordon, ce qui semble peu probable si l’on en juge par les situations antérieures.  Au mois d’avril 1962 et de février 1966, lors des hivers 1967, 1969, 1974 et 1979,  la mer a inondé le polder sans jamais ouvrir de brèches dans le cordon. Celui-ci garde toujours une certaine épaisseur, même s’il a reculé de 30 à 50 m. au droit du Toul-ster, remblayé pour assécher la zone inondable ».

Roland Paskoff, Président de la Commission de l’Environnement côtier de l’Union Géographique Internationale, écrit « Disons d’emblée que l’on a encore trop fréquemment recours aux ouvrages lourds de défense. Pourtant il est maintenant bien établi que ceux-ci sont à des degrés divers dommageables pour l’environnement. C’est le cas en particulier des enrochements et des perrés que l’on place sur la partie haute des plages. Il est vrai que, s’ils sont faciles à construire et qu’ils arrivent à protéger les constructions menacées par les vagues de tempête, ils présentent le grave inconvénient d’accélérer l’érosion des plages en réfléchissant les houles.  Ainsi ils rendent plus aigus le problème qui a été à l’origine de leur édification.  Il faudrait désormais bannir ce type d’ouvrage. »

Rapport d’Assemblée Générale de 1992  (Extraits) :

« Nous sommes heureux de vous annoncer un Arrêt du Conseil d’Etat en date du 10 janvier 1992, que nous avons obtenu, concernant l’enrochement de 1 km de la Dune à l’Est de la Pointe de Mousterlin. Notre association avait obtenu le 8 novembre 1990 un jugement du Tribunal administratif de Rennes annulant l’arrêté préfectoral du 5 octobre 1986 autorisant l’enrochement de cette dune jusqu’à Kleut Rouz, et du terre-plein support de la voie N°8 sur DPM au Grand Large.   Mais notre demande de sursis à exécution faite en même temps, par requête séparée, avait été rejetée par le Tribunal Administratif. Nous avions aussitôt fait Appel au Conseil d’Etat qui a rendu son Arrêt, par lequel il approuve le jugement du Tribunal administratif, précise que ce jugement a été rendu « au fond » et qu’il est devenu définitif ; cet Arrêt a donc valeur de jurisprudence (réf. CE n°89-557  ASPF, 10/01/1992) ; la révision en cours du POS de Fouesnant devra tenir compte de ce jugement et de ses conséquences, de même que des autres jugements que nous avons obtenus depuis 1984.  C’est un succès collectif. Beaucoup d’entre vous ici y ont grandement contribué de diverses manières : Interventions au Conseil Municipal, appel aux scientifiques de la SEPNB (Bretagne Vivante), professeurs à l’UBO venus apporter l’appui de leurs savoirs et de leurs études, rassemblements sur le site pour constater l’aberration de ce projet, mesurage des surfaces,  observations au registre d’enquête :  Témoignages de connaissance scientifiques, juridiques, historiques, et de bons sens n’ont pu prévaloir contre l’entêtement aveugle. L’enrochement a malheureusement été réalisé sur 1 km de dune, et on peut regretter de n’avoir pas obtenu le sursis à exécution. L’ASPF n’a pas l’intention de demander devant une autre juridiction la remise en état du site, ce serait un nouveau saccage de ce qui reste de la dune.  Du moins la 3è tranche de travaux  (2 km300) ne sera pas réalisée.  Peut-on espérer que nos maires et préfets écouteront enfin nos mises en garde et découvriront qu’ils ont mission de faire respecter les lois… et de les respecter eux-mêmes ? »

 

de aout 2013 à mars 2014, la plage de Cleut-Rouz s'est étalée ...vers l'intérieur des terres !

de aout 2013 à mars 2014, la plage de Cleut-Rouz s’est étalée …vers l’intérieur des terres !

 

 

2 réponses à to “3 Mars 2014 – tempête de noroît, par coefficient de 112 ! La dune cède à Cleut Rouz !”

  • guinamand:

    C’est bien de nous rappeler une ordonnance de COLBERT, mais que devons-nous faire pour éviter de dénaturer nos plages tant à Cleut Rouz qu’à Mousterlin ?
    Je vois d’ici nos « touristes » posés sur ces plages et ne contempler que des PIEUX !

  • Nicolas Yvonne:

    J’ai pensé que le lecteur aurait saisi la résonance étonnante qu’avait encore pour nous l’ordonnance de Colbert(1681 !) faisant défense de planter des pieux sur le rivage ! Colbert était sans doute écouté en son temps, mieux que l’ASPF aujourd’hui ! « Que devons-nous faire pour éviter de dénaturer nos plages tant à Cleut Rouz qu’à Mousterlin ? » Rien ! laisser faire la nature, et la mer . Et surtout ne pas urbaniser à proximité. De toutes façons, à terme, la mer gagnera. On peut aussi… adhérer massivement à l’ASPF, qui serait peut-être alors plus écoutée par les décideurs ! Y.N

Laisser un commentaire

Diaporama