Articles avec le tag ‘Submersion marine’

Le 28 février 2010, la France découvrait les images de la Faute sur Mer, commune littorale de Vendée. 29 personnes perdront la vie dans cette catastrophe, surprises par la montée rapide des eaux, prises au piège dans leurs habitations. L’histoire d’une dérive, où le pouvoir local (Maire et adjoint à l’urbanisme, sous le contrôle des préfets successifs de Vendée) a délivré des permis de construire dans des zones connues pour leur vulnérabilité aux submersions marines… La digue n’a pas résisté à un coefficient de 102 et des vents de 130 km/h.
C’est dans ce cadre que l’Etat français réalise que notre pays n’est pas préparé et que la culture de la gestion du risque a depuis trop longtemps été mise de côté. En effet, l’économie touristique et l’urbanisation sont plus porteuses. Combien de maires se sont dits : ça n’arrivera pas chez moi !
Dans ce contexte, le 24 janvier 2011, le préfet du Finistère adresse au maire de Fouesnant une note explicative et une cartographie. Le front de mer du Cap Coz est ainsi répertorié en  « zone de dissipation d’énergie » correspondant à une zone de risque spécifique lié à la rupture des structures de protection.

0-reduit

Lire la suite de cette entrée »

C'est le premier baptême pour les pieux et le flot passe juste à leur niveau

C’est le premier baptême pour les pieux et le flot passe juste à leur niveau

 

 

Les pieux et les ouvrages de protection sont dépassés !

Les pieux et les ouvrages de protection sont dépassés !

 

« … faisons défense à toutes personnes de bâtir sur les rivages de la mer, d’y planter aucuns pieux ni faire aucuns ouvrages  … à peine de démolition des ouvrages, de confiscation des matériaux et d’amende arbitraire » ! (Ordonnance de la Marine, dite « Ordonnance de Colbert »,  Août 1681,  jamais abrogée).  Mr le Maire, gare !

Cette  technique de protection par pieux a déjà été tentée : «  en I972Dispositions d’une barrière de pieux de châtaignier enfoncés sur la moitié de leur longueur et espacés de 4 à 5m ; derrière cette barrière, on a disposé des plaques de contreplaqué marine et comblé le vide par un remblai argilo-caillouteux.  Mise en place de 2km de traverses de chemins de fer ; disposition d’un remblai argilo-sableux en arrière et aménagements de passages pour assurer l’accès à la plage. ( tout cela 10 ans plus tard n’existait plus qu’à l’état de traces – doc. DDE du Finistère ; Sub. Ouvrages d’Art. Travaux maritimes).

Notre reportage photo vous parlera mieux que de longs discours. Mais un historique du rôle de l’ASPF dans l’affaire des enrochements  fouesnantais ne nous semble pas inutile.  Reprenons nos archives.

Lire la suite de cette entrée »


Le bureau 2011 sortant.. et rentrant en 2012

Le bureau 2011 sortant.. et rentrant en 2012

L’assemblée générale de l’ASPF du 27 janvier 2012

Plus de cinquante personnes ont assisté à l’AG de l’ASPF, ce vendredi à l’Archipel.

La Présidente Magdeleine Breton qui a animé la séance avec le Conseil d’Administration sortant, a rappelé en préambule les objectifs de notre association et  a rapidement abordé le sujet tant attendu que nous développons plus loin, le dossier du sentier côtier et la signature du Préfet après l’enquête publique : Pas de recours de notre part, mais à regret !

L’autre dossier phare reste bien entendu celui des algues vertes après une nouvelle  année catastrophique sur le plan des volumes ramassés et des incidences économiques qui se profilent à l’horizon : mais cela bouge avec le plan gouvernemental et notre projet de la Baie de La Forêt Fouesnant !

Le conférencier invité, Alain Henaff, géomorphologue, enseignant chercheur à l’Institut Universitaire Européen de la Mer, aborda un autre dossier d’actualité et même local ( Mousterlin, Cap Coz) : les risques de submersion marine avec les décisions gouvernementales de l’après Xynthia.

Un projet critiqué par les élus concernés du littoral et qui bloquent « habilement » son application actuelle, tout en délivrant encore ici et là des permis de construire ou d’aménager des maisons et lotissements derrière des dunes et enrochements dont la mer se moquera un jour.

A ce sujet, Le Préfet du Finistère  a signé le 12 01 2012 deux arrêtés prescrivant l’élaboration d’un nouveau plan de prévention des risques littoraux sur 12 communes du Finistère, dont les nôtres.

Réunions publiques, phase de concertation et enquêtes publiques suivront courant 2012.

L’ASPF avait créé sur ce même blog un article très complet après enquête sur les risques de submersion marine à Fouesnant, en date du 17 mars 2010.


L’enrochement après une grande marée en 2011 à Mousterlinl’enrochement après une grande marée en 2011 à Mousterlin

Lire la suite de cette entrée »

Diaporama