Articles avec le tag ‘algues vertes’

 

Forum 2016 des associations de Fouesnant : l’ASPF y était !

Bienvenue au Forum

Bienvenue au Forum

 

Nota : merci à la ravissante danseuse de l’Association Ori Tahiti basée à Combrit Sainte-Marine et présente au Forum, de nous avoir accordé cette photo prise sur le vif.

C’était le samedi 10 septembre 2016 à l’Archipel de Fouesnant :

Nous avions tout fait pour attirer le public vers notre stand tenu par le Bureau de l’association, devant de belles photos illustrant les activités multiples que nous menons pour la défense de notre environnement :

– Une magnifique hôtesse d’accueil attendait à l’entrée de l’Archipel, et vous vous dirigiez alors vers le stand ensoleillé de l’ASPF. Notons qu’il n’y avait pas d’hôtesse devant les salles de cantines, où étaient présentées, surtout, les activités sportives de Fouesnant.

– Notre stand était situé sous un grand tableau mural en noir et blanc qui mettait ainsi en valeur nos photos couleurs.

Un détail qui a son importance : Nous nous retrouvions juste à côté du Bar de l’Archipel !

Bienvenue au stand ASPF, rejoignez nous et signez ici !

Bienvenue au stand ASPF, rejoignez nous et signez ici !


Lire la suite de cette entrée »

Pétition pour Mr Thierry Morfoisse,

mort en transportant et déchargeant

des algues vertes en décomposition.

Mr Thierry Morfoisse est décédé d’un infarctus du myocarde, le 22 juillet 2009, pendant son travail.

Il venait de respirer, de fortes bouffées d’hydrogène sulfuré , lors des opérations de dépotage de trois bennes d’algues vertes en état de décomposition avancée.

L’hydrogène sulfuré est un gaz très dangereux qui bloque l’utilisation de l’oxygène dans les cellules de l’organisme et provoque ainsi des lésions dans les tissus qui en ont le plus besoin.

Les spécialistes savent parfaitement et depuis longtemps qu’il provoque ainsi des accidents cardiaques et en particulier des infarctus du myocarde.

Nous demandons que la justice rétablisse la vérité

sur les circonstances de son décès

Signez la pétition en ligne

  • pour que Mr Morfoisse puisse être reconnu en accident du travail ;
  • pour que sa famille puisse restaurer sa dignité meurtrie ;

pour qu’un tel accident ne se reproduise pas à l’avenir !

Beaucoup trouveront le bulletin ci-dessous dans leur boîte aux lettres, mais vous pouvez également le télécharger :  bulletin ASPF 2012.

Le Point de vue de la Présidente

Tout est bon pour parler d’environnement, d’écologie. L’écologie, c’est apparemment « furieusement tendance ». Et si on en parle « en décalé », c’est encore mieux, cela permet de tout dire sans rien faire… Très pratique le terme « décalé».

« Ne rien faire » n’est pas précisément le cas de notre association, constamment sur le terrain, sollicitée par les nombreuses atteintes faites localement à l’environnement. Aujourd’hui, encore plus qu’hier, notre grande source d’inquiétude demeure l’EAU.

Qu’elle soit douce ou salée, de surface ou souterraine : au final, le flux parviendra à la mer ! Et l’eau qui baigne notre littoral révèle, par sa couleur glauque autour des plages, une concentration anormale en algues vertes (on en connait les désagréments et les dangers). De plus, les analyses régulièrement pratiquées donnent un verdict sans appel : diverses toxines rendent les coquillages récoltés dans notre baie impropres à la consommation.

Dans la presse du mois d’avril dernier on notait : « Pêche aux coquillages interdite en baie de Concarneau » : « La préfecture du Finistère a décidé de l’interdiction de pêche récréative et professionnelle, le ramassage, le transport, la purification, l’expédition, la distribution et la commercialisation des coquillages, en baie de Concarneau, en vue de la mise à la consommation humaine ». Même si de telles interdictions demeurent ponctuelles, elles sont récurrentes et, semble-t-il, de plus en plus rapprochées. C’est très préoccupant.

Tous les habitants, individuellement, se posent des questions. Pourquoi ne se regroupent-ils pas pour demander des comptes aux autorités locales ? Cette possibilité existe : C’est l’association pour la sauvegarde du pays fouesnantais ! La force d’une association, ce sont ses adhérents : la nôtre a besoin de votre adhésion et votre cotisation – notre unique source de revenu – nous est indispensable pour continuer les actions de plus en plus nombreuses que nous menons.

Vous pouvez, vous aussi, rejoindre l’ASPF pour faire entendre votre voix !

Pêche de loisirs interdite à Kerleven en août 2008

Pêche récréative interdite à Kerleven en août 2012

Lire la suite de cette entrée »

Pour tous ceux qui comme l’ASPF, se soucient de l’environnement, Rencontres 2012 Tremargat

ne veulent plus voir des tracteurs ramasser les algues vertes et labourer nos plages,

mais espèrent au contraire un nouveau modèle agricole breton moins nitraté :

Rejoignez nous pour ces rencontres de Trémargat où l’ASPF,

membre de la coordination, tiendra un stand d’information.

programme des rencontres

Le site de la coordination

Un coup de vent sud sud-ouest, une mer qui se creuse et dès ce jeudi 16 août en pleine saison estivale, les plages de la baie de la Forêt se retrouvent verdies.

Habituellement nos touristes bretons sont épargnés par cette vision réservée plutôt aux locaux en septembre. Les témoignages recueillis sur la plage démontrent que le phénomène était sous estimé pour la plupart, aujourd’hui ils en sont les témoins dépités et révoltés.

La plage avec les algues vertes et les camions

La plage avec les algues vertes et les camions

Ce jour marque donc le début du ballet incessant des tracteurs agricoles qui vont effacer jusqu’au lundi 20 août, les stigmates d’une agriculture intensive. Des centaines de tonnes d’algues vertes vont être ramassées et avec elles, hélas, une grande quantité de sable.
Cap Coz, la cale de Beg Meil, Kerveltrec pour Fouesnant, Kerleven pour la Forêt Fouesnant, les sables blancs pour Concarneau pansent leurs plaies.

Pour certaines, le pavillon bleu reste anachronique.
Pour nombre de passants d’un jour, cela restera une image, un souvenir ; pour nous, la continuation d’un supplice.

 Lagune aérée récupérant les jus du compostage des algues vertes

Lagune aérée récupérant les jus du compostage des algues vertes

Comme d’habitude dans les enquêtes publiques, il y avait foule ce dernier jour pour rencontrer Madame la Commissaire Enquêtrice le jeudi 19 avril 2012 après midi.

Les associations du Canton et le Collectif des riverains de Kérambris étaient venus déposer les derniers documents, bien souvent en complément de précédentes déclarations, preuve que la prolongation de cette enquête était nécessaire pour digérer les quelques 2000 pages du dossier.

Le rapport sera remis et connu vers mi Mai 2012, nous souhaitons un avis « défavorable » mais  rappelons qu’il peut être encore « favorable » et bien gênant pour les décideurs s’il comporte des réserves.

Après notre article du 6 avril 2012 , où nous avions repris le texte intégral de la déclaration du Collectif des riverains déposé dès le 26 mars 2012, voici ceux de l’ASPF et de nos collègues de l’Association Neiz Vran Environnement de Saint Evarzec.

Bon nombre d’adhérents de ces deux « assos environnementales » habitent aussi dans le rayon de 3 km autour de Kérambris.

Lire la suite de cette entrée »

L’enquête publique sur la station de compostage d’algues vertes à Kérambris est prolongée jusqu’au 19 avril 2012 : raison de plus pour aller en Mairie de Fouesnant vous exprimer sur le registre !

Zoom du site : les délimitations de la zone ICPE (en vert) et les distances légales de 50 m (bleu) et 200 m ( jaune) figurent en couleurs

Zoom du site : les délimitations de la zone ICPE (en vert) et les distances légales de 50 m (bleu) et 200 m ( jaune) figurent en couleurs

L’ASPF, tout comme l’association locale Neiz Vran Environnement défend le tout nouveau Collectif des  riverains de ce site « Installation Classée pour la Protection de l’Environnement » ou ICPE  et ouvre son blog à celui-ci pour y présenter leurs arguments que nous partageons totalement et une pétition en ligne sur leur site informatique.

En effet, si nous sommes tous conscients du besoin de solutions immédiates et futures sur ce dossier algues vertes, puisque nous sommes des partenaires dans le Plan Gouvernemental algues vertes, nous disons tous « stop » à l’alimentation du monstre à cet endroit inadéquat et « pourquoi » se lancer dans un tel investissement ?

La clé légale du dossier repose sur le Code de l’Environnement pour un site ICPE :

Toute habitation doit se trouver à 200 m des andains en fermentation aérobie (à l’extérieur), ou à 50 m d’une fermentation confinée, donc par exemple en tunnels fermés maitrisant les gaz et  leur désodorisation par procédé chimique avant évacuation par une cheminée, solution choisie dans ce projet.

La situation du compostage actuel est illégale et nous la dénonçons partout depuis plus de 2 ans, alors que le nouveau projet  serait, lui, légal malgré sa cheminée haute de 13 m qui cracherait encore des substances polluantes (H2S, ammoniac,…), sauf que, sauf que ….

…en cas d’invasion d’algues vertes (ce qui est devenu systématique à partir de septembre), du compostage se ferait encore à  l’air libre, sous le nez des riverains, parions à  …201 m ! et surtout du personnel du centre de tri des déchets, qui comme actuellement travaille hors ICPE dans ces 200 m fatidiques.

Les incidences sur les ruisseaux alimentant la réserve d’eau potable de Penalen et sur les zones humides, la densité du trafic routier, les odeurs, les bruits, les dangers d’incendie, d’explosion, de pollutions, les expériences du passé  pour obtenir difficilement un compost …auto certifié, aggravent notre perception de ce projet aventureux.

L’ASPF s’oppose donc à ce projet et a déjà déposé un recours gracieux auprès de la Mairie de Fouesnant au sujet du permis de construire attribué dès le 12  janvier 2012, procédure critiquable mais obligée dans ce genre d’enquête publique.

emplacement du futur bâtiment et le no man’land de 80 m avec les proches habitations

emplacement du futur bâtiment et le no man’land de 80 m avec les proches habitations

Lire la suite de cette entrée »

« L’ aréopage » à l’Archipel avec tout à droite, l’ami Hubert« L’ aréopage » à l’Archipel avec tout à droite, l’ami Hubert


Puisqu’il nous tresse des lauriers dans son Plan de table du 18 02 12 après notre décision …qui en a étonné plus d’un, reprenons quelques passages de JY Le Dréau pour décrire la cérémonie de ce « samedi historique » :

« … en contemplant l’aréopage qui occupait le devant de la scène de l’Archipel, à l’occasion de la signature de la charte de territoire marquant le lancement du plan de lutte contre les algues vertes. C’est vrai qu’il y avait du beau monde sous les spots un rien éblouissants de la salle fouesnantaise : le préfet de Région, le préfet du Finistère, le président de la Région Bretagne et son vice-président, le vice-président du département. Le haut du panier institutionnel. Et puis, aux extrémités de l’alignement ordonné des fauteuils, aux marges d’une distribution hiérarchisée, se trouvaient les présidents de la Communauté de Communes du Pays Fouesnantais et de la Communauté d’Agglomération de Concarneau-Cornouaille, d’une part, les représentants des agriculteurs et des associations de défense de l’environnement, d’autre part… ».

Ayant déjà fait connaitre auparavant notre décision à la dernière réunion de la Commission algues vertes du lundi 6 février 2012, nous avions donc obtenu un siège sur l’estrade. Oh, en toute extrémité de l’alignement, mais ouvrant le feu des interventions, notre représentant a quelque peu détonné dans le concert de louanges entendues ce matin là avant le champagne et les petits fours.

Lecture de la déclaration par Hubert Meignen

Lecture de la déclaration des 3 associations par Hubert Meignen

Lire la suite de cette entrée »


Le bureau 2011 sortant.. et rentrant en 2012

Le bureau 2011 sortant.. et rentrant en 2012

L’assemblée générale de l’ASPF du 27 janvier 2012

Plus de cinquante personnes ont assisté à l’AG de l’ASPF, ce vendredi à l’Archipel.

La Présidente Magdeleine Breton qui a animé la séance avec le Conseil d’Administration sortant, a rappelé en préambule les objectifs de notre association et  a rapidement abordé le sujet tant attendu que nous développons plus loin, le dossier du sentier côtier et la signature du Préfet après l’enquête publique : Pas de recours de notre part, mais à regret !

L’autre dossier phare reste bien entendu celui des algues vertes après une nouvelle  année catastrophique sur le plan des volumes ramassés et des incidences économiques qui se profilent à l’horizon : mais cela bouge avec le plan gouvernemental et notre projet de la Baie de La Forêt Fouesnant !

Le conférencier invité, Alain Henaff, géomorphologue, enseignant chercheur à l’Institut Universitaire Européen de la Mer, aborda un autre dossier d’actualité et même local ( Mousterlin, Cap Coz) : les risques de submersion marine avec les décisions gouvernementales de l’après Xynthia.

Un projet critiqué par les élus concernés du littoral et qui bloquent « habilement » son application actuelle, tout en délivrant encore ici et là des permis de construire ou d’aménager des maisons et lotissements derrière des dunes et enrochements dont la mer se moquera un jour.

A ce sujet, Le Préfet du Finistère  a signé le 12 01 2012 deux arrêtés prescrivant l’élaboration d’un nouveau plan de prévention des risques littoraux sur 12 communes du Finistère, dont les nôtres.

Réunions publiques, phase de concertation et enquêtes publiques suivront courant 2012.

L’ASPF avait créé sur ce même blog un article très complet après enquête sur les risques de submersion marine à Fouesnant, en date du 17 mars 2010.


L’enrochement après une grande marée en 2011 à Mousterlinl’enrochement après une grande marée en 2011 à Mousterlin

Lire la suite de cette entrée »

le Président est venu vérifier l’arme secrète de l’ASPF : un thermomètre à nitrates !

Comme le chante Alain Souchon : « …on avance, on avance, c’est une évidence… ».

L’ASPF, qui participe depuis le début au projet du plan gouvernemental dans la baie de La Foret, reconnait que la situation  et l’espoir évoluent enfin dans le bon sens avec ce plan  qui ne nous satisfait pas totalement alors que les algues vertes ont encore recouvert nos plages et criques  mais  heureusement après la saison touristique.

Trois mois de ramassages et un mois d’octobre 2011 record avec des pointes officielles à 1200 tonnes par jour à Cap Coz et rendons donc hommage aux équipes engagées dans ce travail au rythme de la mer.

A travers cet article et ce récapitulatif 2011, vu de Fouesnant et basé sur une revue annuelle de la presse et nos participations aux évènements, nous souhaitons vous démontrer que nos problèmes dépassent de loin le cadre de la baie et de nos inquiétudes sur une période touristique. Après une inaction de l’Etat condamné tant dans les tribunaux qu’à Bruxelles, c’est malheureusement  un bien mauvais moment pour bâtir un tel projet sous la pression et dans une période d’élections.

Les hautes instances agricoles en profitent actuellement pour trainer les pieds et il ne fait pas bon être Préfet de Bretagne face aux divers acteurs et évènements sur ce sujet.

Les associations environnementales, imposées aux élus mais peu écoutées,  sont restées dans les commissions malgré le risque évident de servir de caution mais ainsi nous suivons au moins ce qui s’y passe et nous ne nous privons pas de critiquer officiellement.

Pourtant, il y a des  projets qui débouchent car sur le terrain, le changement s’impose et beaucoup d’agriculteurs participent aux réflexions et décisions, parfois contre les mots d’ordres venus d’en haut et tous ne sont pas syndiqués à la FDSEA.

Les Chambres d’Agriculture  veulent encore tout « régenter » mais parfois débordées …comme dans notre baie par une organisation habilement concoctée par les élus, qualifions la de complémentaire pour ne pas dire parallèle ; elles ne  peuvent s’opposer au  grand changement et alors elles accompagnent le projet.

Ce dernier touchera toute la population car le plan aborde tous les domaines  dans ses actions et pas seulement les volumes d’engrais étalés  ou  les épandages des lisiers comme beaucoup le pensent encore.

Pour exemple, le volet économique  sera  traité en analysant et en développant  d’autres modes de ventes des productions (circuits bios, circuits courts…) et d’autres modes d’achats  de la restauration publique.

Ainsi le projet SALT (Systèmes Alimentaires Territoriaux) abordé dans l’action No 16, soutenu par l’Europe et la Région Bretagne, vise à comprendre comment des circuits courts peuvent faire système à l’échelle d’un territoire.

Et de toute façon, comme il y aura de l’argent à distribuer, il y aura obligatoirement des amateurs !

Lire la suite de cette entrée »