ÉCHOUAGE D’OISEAUX MARINS

7 février 2024 2 Par Collectif ASPF

Tempête, grippe aviaire, ingestion de plastique…

Les causes de mortalité des oiseaux marins sont multiples.

Un adhérent nous a transmis les photos de 3 guillemots de Troïl retrouvés morts sur la côte fouesnantaise, entre Cleut Rouz et Coat Clévarec.

L’un d’entre eux était bagué.

Pour en savoir plus sur cette espèce : Guillemot de Troïl – Uria aalge (oiseaux.net)

Nous avons échangé avec un représentant de la LPO ( Ligue de Protection des Oiseaux ) qui nous explique “qu’en ce moment des Guillemots de Troïl (Uria aalge) sont régulièrement retrouvés morts sur les plages sans que nous en connaissions la cause pour l’instant. S’agissant d’oiseaux marins, ils meurent généralement en mer puis s’échouent sur les plages. Ils peuvent également s’échouer sur les plages lorsqu’ils sont encore vivants mais le plus souvent ils meurent rapidement d’épuisement…”

De manière générale, voici la procédure à suivre si vous découvrez :

  • Plus de 3 animaux sauvages morts dans un même lieu (en moins d’une semaine et dans un rayon de 500m) : laissez les cadavres sur place et contactez l’Office Français de la Biodiversité de votre département ( par mail à sd29@ofb.gouv.fr ) qui vous transmettra les coordonnées d’un correspondant du réseau SAGIR (réseau national de surveillance sanitaire de la faune sauvage) et surtout, qui vous informera de la démarche à suivre. Si possible, enregistrez votre observation sur Faune-France (https://www.faune-france.org/).
  • Moins de 3 animaux sauvages morts dans un même lieu : les laisser sur place sans y toucher. Si possible, enregistrez votre observation sur Faune-France (https://www.faune-france.org/).

Pour information, si un oiseau marin échoué porte un fil à la patte, cela signifie qu’il a déjà été recensé et il ne faut donc pas le recenser à nouveau.

Pour aider la LPO et pour améliorer les connaissances sur la faune sauvage vous êtes invités à saisir vos observations sur Faune-France (https://www.faune-france.org/). Cette base de données est alimentée par des naturalistes passionnés, professionnels ou amateurs, chacun y recense ses observations d’animaux sauvages (morts ou vivants), identifiés avec certitude. Après une rapide inscription (gratuite), vous aurez la possibilité d’ajouter vous-mêmes vos données et de consulter les dernières observations.

Le recensement des espèces se fait uniquement sur internet, via cette plateforme, afin de faciliter le traitement des données par leurs équipes.