Archive pour la catégorie ‘Chemins de côte’

L’ASPF en rêvait depuis bien longtemps !

Nous l’avions maintes fois envisagé, sans jamais oser en prendre la responsabilité : Relisez dans « Chemin de côte en panne depuis 36 ans ! » , articles du 10 déc. 2012 et suivants « …Faudra-t-il que la population, excédée par la carence des pouvoirs publics, et forte de son bon droit, ouvre elle-même le passage ? Qu’attendons-nous tous pour user de notre droit ? ».

 aujourd'hui, jour historique, on passera enfin ici, donc en haut des falaises !

aujourd’hui, jour historique, on passera enfin ici, donc en haut des falaises !

 

c'est fait, le grillage mis au sol, le passage est ouvert à tous.
c’est fait, le grillage mis au sol, le passage est ouvert à tous.

Eh bien, voilà : nous attendions le courage et la détermination du nouvel élu Vincent Esnault et de son équipe ! Certes soutenus par l’Union des associations de défense du littoral, dont l’ASPF bien sûr. Comme quoi, il vient un moment où il faut en finir avec les paroles et l’action judiciaire et passer aux actes, à condition que ceux-ci soient légitimes. Et ils l’étaient, puisque cette servitude est légale ; de nombreux jugements ont rappelé aux propriétaires leurs obligations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 la Présidente de l'ASPF,  pense encore aux 45 ans de combat de l'association en foulant ce sentier tant attendu. question grillage, il y a ce qu'il faut pour canaliser les Gueux !

la Présidente de l’ASPF, pense encore aux 45 ans de combat de l’association en foulant ce sentier tant attendu.
question grillage, il y a ce qu’il faut pour canaliser les Gueux !

Lire la suite de cette entrée »

le sentier côtier s'est effondré - accès interdit

le sentier côtier s’est effondré – accès interdit

Avec les tempêtes successives de l’hiver 2013-2014, une partie du sentier côtier, dans le secteur  reliant le Cap Coz à la plage de Bot Conan,  s’est érodée suite à l’action de la mer et des  pluies torrentielles.

Le  maire de Fouesnant,  jugeant  le passage devenu dangereux en raison des risques d’effondrement,  prenait un Arrêté interdisant l’accès aux piétons.

Lire la suite de cette entrée »

Alertée par quelques Beg meilois  intrigués par  une certaine activité inhabituelle à la pointe du Sémaphore,  et par l’apparition, visible de la grève,  d’un mur bétonné en haut de falaise, l’ASPF a  mené sa propre enquête, et « zoomé » par-dessus les haies infranchissables de la propriété Lascar. Un chantier  impressionnant s’offre à l’objectif   : terrassements, excavations, remblais, hauts murs bétonnés …  comment  les administrations préfectorale et municipale admettent-elles  de telles  dévastations dans un site remarquable aussi sensible,  bénéficiant de nombreuses protections légales ? (dont celle du périmètre de protection d’un mégalithe classé  Monument Historique (M.H ).

 

Photo 01 : des m 3 de terres déplacées illégalement ?

Photo 01 : des m 3 de terres déplacées illégalement ?

Concernant le mur/tunnel prévu à 2.50 m de haut sur le tronçon CD situé juste derrière le kiosque, lors de l’enquête  publique de 2011,  on ne nous avait présenté que des plans avec vues de dessus  et des coupes sans notion d’altitudes puisque des terrassements étaient même prévus ça et là. Pour le moment, la réalité est que ce mur/tunnel présente une grande façade bétonnée bien visible, alors qu’il était  prévu en pierres apparentes… qu’en sera-t-il vraiment ?

Lire la suite de cette entrée »

L’Association pour la Sauvegarde du Pays Fouesnantais (ASPF) se bat depuis bientôt 40 ans pour l’établissement de la servitude littorale (SPPL), dans le respect de la loi du 31/12/1976. Le sentier côtier, établi (malgré quelques suspensions qui rendent la servitude inutilisable par grande marée haute) entre le Cap-Coz et la Cale de Beg-Meil, n’est toujours pas réalisé entre  la Cale et la Pointe du Sémaphore.

Auteurs de l’article : DB et YN

Photo 1 : le sentier côtier à la Pointe du Sémaphore : le propriétaire riverain (Lepage/SIMBB à l'époque - 1978) l'a autoritairement arrêté ici, nous construisant un escalier privé aboutissant sur la grève, et apposé un écriteau " servitude possible à marée basse"... en effet, car à marée haute...il faut voir la photo n°12).

Photo 1 : le sentier côtier à la Pointe du Sémaphore : le propriétaire riverain (Lepage/SIMBB à l’époque – 1978) l’a autoritairement arrêté ici, nous construisant un escalier privé aboutissant sur la grève, et apposé un écriteau  » servitude possible à marée basse »… en effet, car à marée haute…il faut voir la photo n°12).

Photo 2 : ...en effet, c’est possible, mais encore au prix d'escalades périlleuses !

Photo 2 : …en effet, c’est possible, mais encore au prix d’escalades périlleuses !

Quelques rappels :

1791- création des « sentiers des douaniers ».

19 03 1858 – Le Conseil d’Etat affirme que, les rivages de la mer faisant partie du DPM (Domaine Public Maritime), «… tout le monde a la droit d’y accéder librement. ».

20 06 1860- Arrêt de Cassation limitant les accès des douaniers et autres autorisés dans les propriétés privées.

1897- L’Etat inclut dans les ventes de terrains domaniaux littoraux une clause instituant une servitude de passage pour les douaniers et les opérations de sauvetage.

……………….

27 03 1970– Le Conseil municipal de Fouesnant se prononce en faveur de la création d’un sentier piétonnier côtier  allant de Cap Coz à Beg Meil.

12 11 1971–  Le Conseil municipal de Fouesnant demande l’intervention de l’Ingénieur des Travaux publics de l’Etat, pour que les accès directs des propriétés en bordure du littoral sur les plages soient interdits.

1972- Création de l’Association pour la Sauvegarde du Pays Fouesnantais (ASPF). Voyez  la  « Présentation de l’association » par le lien du site.

 

Lire la suite de cette entrée »

Bienvenue sur le chemin des Oiseaux, mais prochainement par ici : béton sur le DPM ?

Bienvenue sur le chemin des Oiseaux, mais prochainement par ici : béton sur le DPM ?

Certains de nos adhérents s’interrogent sur la « non réalisation » du sentier côtier entre la pointe du Sémaphore et la Cale de Beg Meil et s’étonnent qu’après la mobilisation générale passionnée et le virulent battage médiatique des dernières années, « plus personne n’en parle ! »  Eh bien, parlons-en !

Qui mieux que l’ASPF pourrait le faire, forte de son action de 40 ans sur cette affaire, action qui n’a hélas pas abouti… sinon tout de même à empêcher la réalisation de l’espèce de « ceinture  de béton cyclopéen » défigurant la côte, qui était envisagée dans les années 70. Ce qui n’est pas rien !

Des marcheuses inquiètes : on fait comment pour passer là ?

Des marcheuses inquiètes : on fait comment pour passer là ?

Mais nous voilà fin 2012 ; un an déjà que le préfet Mailhos a conclu l’ultime enquête publique par un arrêté « autorisant » le passage en haut de falaise sur presque toute la longueur du tracé, ce qui était l’essentiel de ce pourquoi nous nous battions depuis la promulgation de la loi de 1976, établissant une servitude piétonne sur les propriétés riveraines du Domaine Public Maritime.

Lire la suite de cette entrée »

Enfin un tracé en haut de falaise sauf le DPM de la plage aux oiseaux

Enfin un tracé en haut de falaise sauf sur le DPM de la plage aux oiseaux

On boucle…

Après l’avis favorable de la Commissaire Enquêteur  (voir article blog ASPF du  7 octobre 2011), puis le vote en urgence du Conseil municipal  de Fouesnant le 15 novembre 2011, sur un dossier  visiblement « light »,  le débat démontrant l’absence de documents et de plans précis, nous devinions bien que le Préfet allait boucler  le dossier du sentier …et ses valises !

L’ASPF avait encore  transmis une lettre  au préfet en date du 8 novembre 2011, avec copie à la Mairie, rappelant une fois de plus nos  arguments.

Nous avions pris connaissance par la presse du 22 Novembre 2011 du communiqué de la Préfecture, annonçant que « le Préfet avait signé un arrêté en date du 21 novembre, autorisant le tracé de la servitude de passage des piétons le long du littoral de Fouesnant-Beg-Meil ».

Fort bien, personne  (sinon certains propriétaires, peut-être ?) n’attendait qu’il l’interdise, n’est-ce pas ?

Rappelons tout de même que cette servitude est de droit et que son établissement ne dépendait que des services préfectoraux, qui avaient toute autorité pour l’ouvrir dès 1977. Et il n’y avait alors, pour cela, nul besoin d’ « un travail énorme, de beaucoup d’énergie et de pédagogie » (Mr le Maire dixit). Tout le monde était pour ! (sauf bien sûr, un certain nombre de riverains concernés, qui s’y sont immédiatement opposés).

Lire la suite de cette entrée »

Après les conclusions de la Commissaire-enquêteur,  voici le point de vue de notre association agréée pour l’environnement :  l’Association Pour la Sauvegarde du Pays Fouesnantais.

Passage sur les rochers Beg Meil

Passage sur les rochers Beg Meil

L’ASPF ne peut accepter les suspensions et les modifications non justifiées du tracé de droit, entrainant des aménagements préjudiciables au site et aux usagers.

Servitude littorale à Beg Meil

Après l’annonce d’un tracé établi cette fois enfin en haut de falaise sur toute la longueur de la propriété Lascar, la satisfaction était générale.

Satisfaction qu’il a malheureusement fallu tempérer ! En effet, le choix des modalités du tracé ayant été laissé à la libre convenance du propriétaire, celui-ci propose de réaliser des aménagements qui sont bien éloignés d’une véritable servitude côtière…

Lire la suite de cette entrée »

Les efforts menés sur ce dossier du sentier côtier sont énormes

« Les efforts menés sur ce dossier (sentier côtier) sont énormes et seul ce qui ne marche pas est mis en avant par les associations qui déforment la vision de la réalité pour le public. »

Cette réflexion de Mr le maire de Fouesnant dans le Télégramme du vendredi  12 août, sous Fouesnant, est très surprenante : Il est bien évident que c’est ce qui ne va pas qui est pointé ,  ce qui va ne faisant pas problème !  C’est d’ailleurs reconnaître implicitement que « des choses ne vont pas »…

L’ASPF, pour sa part, n’a pas manqué de signaler, ainsi qu’elle le fait à chaque enquête  publique depuis  34 ans, les points litigieux, non sans faire part de sa satisfaction de voir cette fois enfin le tracé en haut de falaise sur toute la longueur de la propriété Lascar (satisfaction qu’il a fallu hélas tempérer, au vu des aménagements   prévus par le propriétaire !).

Les associations visées par Mr Le Maire

Mais  quelles  sont  donc « ces associations » dont parle Mr le maire ?

Lire la suite de cette entrée »

La plage des Oiseaux, l'un des points du tracé qui pose encore problème

La plage des Oiseaux, l'un des points du tracé qui pose encore problème

A l’issue du Conseil municipal du mardi 3 mai 2011, les élus présents, toutes tendances, se sont auto-applaudis suite  à leur vote unanime  favorable au nouveau projet de sentier côtier : celui-ci passe enfin, pour la plus grande partie du tracé portion Sémaphore/La Cale, en haut de falaise, et surtout en totalité sur la propriété Lascar.

Rien à voir avec 2010 où bétonnage des criques, emprises sur le Domaine Public Maritime, perrés et  encorbellements étaient prévus. 4000 pétitionnaires, mobilisés  par l’ASPF,  s’étaient opposés au projet, obligeant Maire et Préfet à revoir leur copie, et pour certains même, dit-on, à « manger leur chapeau » et « mouiller leur chemise » ! pour nous proposer en 2011 un projet inverse à celui qu’ils  prônaient avec autorité en 2010 ! Lire la suite de cette entrée »

Dans son article du 3 mars 2011, « Les travaux du nouveau canal de la Mer Blanche sont suspendus !», l’ASPF vous informait des travaux 2011 engagés sans aucune étude d’impact ni autorisation, puis arrêtés entre Kerouen et Kerler, le long de ce magnifique site protégé.

Travaux que nous estimions illégaux dans une zone humide et contraires aux préconisations des documents Natura 2000 quant à la protection des oiseaux sur ce site très sensible.

Nous devons vous faire part des suites de la situation avec notre dernier reportage en comparant quelques photos de février et d’avril 2011.

Les talus, merlons, brèches, créés en 2011 ont été détruits entre Kerouen et le ru du milieu de ce circuit, mais maintenus entre le ru et Kerler, portion située loin des regards. Lire la suite de cette entrée »