Archive pour la catégorie ‘eau potable’

La protection de la ressource et la distribution d’eau potable sont réglementées par le code de la santé publique et le code de l’environnement.
L’ASPF siège à la commission locale de l’eau. Depuis des années, ses représentants ont tenté de comprendre comment le captage de kérougué était utilisé par la mairie de Fouesnant.
Ce jeudi 18 novembre 2016 et contre toute attente, le maire annonce l’abandon du captage après avoir abandonné le forage suite à la plainte de l’élu écologiste.
En effet, comme le reconnait Roger Le Goff, il exploitait depuis 1999, le captage de Kérourgué sans déclaration d’utilité publique, sans arrêté préfectoral. Pendant des années, il a continué à délivrer des permis de construire dans le périmètre rapproché et tenté de faire disparaître une zone humide au profit d’un hypothétique lotissement, avec la bienveillance de l’Agence Régionale de Santé.
courrierarsavril2016-1 Lire la suite de cette entrée »

Comme l’année dernière à pareille époque, l’ASPF et ERB  se sont associés pour redonner vie à un ruisseau non entretenu depuis une trentaine d’années.

Le ruisseau avant nettoyage

Le ruisseau avant nettoyage

L’opération a pour but une reconquête de la qualité piscicole des lieux, témoin d’une eau de qualité. L’entretien était anciennement réalisé par les agriculteurs et leurs bêtes qui ont délaissé les lieux car non rentables.

Les bénévoles s’investissent pendant ces 2 mois d’automne, en respectant les sites de reproduction.
Ces actions se situent en amont de la station de potabilisation de Pen alen qui alimente à plus de 70% les communes de Fouesnant et de la Forêt Fouesnant en au potable.

Une eau de qualité à la source, c’est aussi une façon d’agir directement  sur la facture du consommateur car la dépollution a un coût élevé.

Le même ruisseau après nettoyage

Le même ruisseau après nettoyage

Assistance

Assistance

L’association pour la Sauvegarde du Pays Fouesnantais est une association apolitique, en ce sens qu’elle n’est liée à aucun parti politique. Elle a été créée en 1972 soit depuis 38 ans – afin de lutter contre des projets d’urbanisation du littoral Fouesnantais, avec pour objectifs, la préservation des sites, la protection de l’environnement naturel du pays Fouesnantais et de son littoral. L’ASPF œuvre donc pour l’intérêt général et son action s’inscrit bien évidemment dans le cadre du développement durable.

ACTIVITES de 2009

Comme les années passées, l’activité de l’ASPF ne connait pas de ralentissement. L’abondance des dossiers amène les membres du Conseil d’Administration à se réunir pratiquement tous les mois et nous sommes sur le terrain tous les jours. Lire la suite de cette entrée »

Enquête publique du 26 octobre au 24 novembre 2009 portant sur les périmètres de protection des captages d’eau de PEN AL LEN, CREAC’H QUETA ET BREHOULOU

Document remis par l’ASPF à Monsieur Jean Le Garrec, Commissaire Enquêteur.

30 mg de nitrates le 17 décembre 2009 - mesurés par l'aspf

30 mg/l de nitrates le 17 décembre 2009 - mesurés par l'aspf à l'entrée de la station de Pen Al Len

Avant-propos :

l’eau est un enjeu vital pour la planète car elle est indispensable pour notre survie. Il faut donc la préserver, ne plus la polluer ou la gaspiller.

Dans ce contexte, la commune de Fouesnant a décidé de mettre en place des périmètres de protection avec des contraintes pour certains mais dans l’intérêt général. C’est sous la contrainte réglementaire (loi sur l’eau), articles repris dans l’arrêté préfectoral n°2009-1403 du 21/09/2009 que cette action est effectuée et non pas par volonté municipale.

Cette enquête publique aura au moins le mérite de nous permettre de découvrir ces études dont la mairie nous a toujours refusé l’accès malgré notre agrément pour la défense de l’environnement.

Or en 15 ans de l’eau a coulé sous les ponts et ce dossier est resté en l’état. Aujourd’hui, fin 2009, dans l’obligation de respecter la législation, la commune s’engage dans une démarche pour enfin protéger ces zones dont la principale est Pen al len.

Alors, comment procèdent les personnes responsables soucieuses de la préservation de l’eau ?

Elles prennent les mesures qui s’imposent en achetant les terrains attenants, élargissent les périmètres de protection, reboisent si nécessaire, remettent en état les zones humides, protègent les cours d’eau, et développent une agriculture raisonnée voire biologique. C’est le cas des communes engagées pour la reconquête de la qualité de l’eau mais aussi pour des privés (par exemple CONTREX, VITTEL,…)

Lire la suite de cette entrée »

Recherche